Les symptômes du manque de progestérone

La progestérone est une hormone qui sert à préparer l’utérus pour une grossesse , c’est donc une hormone féminine qui se sécrète pendant la seconde moitié du cycle menstruel après l’ovulation puis diminue si il n’y a pas eu de fécondation.

La progestérone, comme les œstrogènes, a un impact important sur la fertilité. Une carence en cette hormone affecte la capacité à concevoir et à porter un enfant. La santé reproductive d’une femme dépend d’un grand nombre de facteurs, dont le contexte hormonal. Un faible taux de progestérone chez la femme, peut provoquer de graves modifications du cycle menstruel, des fluctuations de poids, des troubles psycho-émotionnels, l’infertilité. Les femmes avec un faible taux de progestérone sont ainsi incapables de porter un fœtus normalement et la grossesse se termine souvent par une fausse couche.

La progestérone une hormone utile

-La reproduction : grâce à elle, l’utérus est préparé pour la fécondation, elle réduit la réponse immunitaire, ce qui évite le rejet de l’embryon, sa chute en fin de grossesse facilite le travail
-Le maintient de l’équilibre des autres hormones – un déséquilibre de ce composant peut affecter l’activité de l’aldostérone synthétisée par le cortex surrénalien, le fonctionnement des œstrogènes, ce qui affecte le tissu de la glande mammaire ;
-Le contrôle l’état de la peau – carence en progestérone chez les femmes, les symptômes de l’échec entraînent des rides, une perte d’élasticité et de fermeté de la peau ;
Influencer sur le système nerveux – il est partiellement produit dans le SNC et sa synthèse est une condition préalable à la production d’allopregnanolone, un neurostéroïde important.

Faible taux de progestérone : Quels conséquences ?

Une faible quantité de progestérone chez la femme (les symptômes ne sont pas toujours évidents) provoque l’absence d’ovulation et l’absence de synthèse de l’élément par la suite. Lorsque les œstrogènes sont en excès, la première phase du cycle est prolongée et la production de progestérone est supprimée. L’absence de ce composant en début de grossesse entraîne le détachement de l’épithélium fonctionnel de la muqueuse, ce qui provoque un avortement spontané – il est donc nécessaire de le traiter à temps.

La concentration de l’hormone varie au cours du cycle. Une valeur plus faible est notée entre le début des règles et le début de l’ovulation. Au cours de la deuxième phase, il y a une augmentation de sa quantité. Lorsque les organes reproducteurs fonctionnent normalement, l’endomètre devient vascularisé et se prépare à la fixation de l’ovule fécondé. Une réduction physiologique du nombre de cet élément se produit chez les femmes après 40 ans. En âge de procréer, la carence en progestérone (les symptômes ne sont pas toujours les mêmes) peut être causée par plusieurs raisons :

Phase lutéale inadéquate, qui est altérée par des maladies : maladie polykystique, syndrome des ovaires résistants, hypertension et épuisement prématuré des ovaires ;
pathologie de la thyroïde – hypothyroïdie ;
Dysfonctionnement de l’hypothalamus et de l’hypophyse – tumeurs, manque d’apport sanguin, hypogonadisme hypophysaire ;
Insuffisance placentaire – après la 16e semaine de grossesse, l’hormone est produite par le placenta ; une structure anormale, des calcifications entraînent des modifications de la progestérone.

Manque de progestérone : les symptômes

Les modifications pathologiques de l’appareil reproducteur se manifestent par un complexe de certains signes. S’il y a un manque de l’élément synthétisé par le corps jaune, le cycle menstruel devient irrégulier. Il peut y avoir un retard d’un ou plusieurs mois. Il y a des saignements abondants au début des menstruations et des saignements dyscirculatoires se produisent souvent. La fatigue rapide, la fatigue, les gonflements, que les femmes perçoivent comme une prise de poids excessive, réduisent la qualité de vie. L’altération de la thermorégulation du corps, le syndrome prémenstruel prononcé et la sécheresse vaginale sont source d’inconfort et nuisent à la qualité de vie.

Si la femme présente une pathologie congénitale (faible taux de progestérone), il se peut qu’il n’y ait aucun symptôme.

Articles de la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 76 = 86